Ils autoconstruisent une maison bioclimatique. Étape 2 : la conception

06/09/2022 4 min


Sur Recto & Verso, suivez l’avancée du chantier de l’autoconstruction de la maison bioclimatique de Maria et Robin.


Ça y est, après quelques mois de recherche, Maria et Robin ont enfin trouvé le terrain de leur rêve. Afin de construire une maison qui combine esthétisme contemporain et écologie, nos deux autoconstructeurs ont choisi de travailler avec Homelib. Une société qui propose une solution à mi-chemin entre l’autoconstruction et le kitting en transmettant les plans préalablement dessinés par leurs clients à une scierie. « Nous étions vraiment séduits par cette solution, mais cela nécessitait que nous dessinions des plans… Ce que nous n’avions jamais fait ! Il a donc fallu que nous nous effectuions quelques recherches. »


Premiers pas vers la conception

Commence alors un long parcours de documentation. Pendant quelques semaines, les ouvrages « Habitat passif et basse consommation », « La conception bioclimatique » et « Manuel d’architecture naturelle » font office de bibles pour le duo. « Heureusement pour nous, l’autoconstruction est un petit monde qui rassemble une communauté soudée, toujours prête à donner des conseils », indique Robin. Forums, groupes Facebook, blogs… les ressources sont multiples sur la toile et le couple n’hésite pas à y chercher de l’aide.

Parmi leurs ressources de référence, ils citent notamment :

  • le site du CAUE (Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement) : « Un site qui propose des fiches techniques gratuites très informatives, mais qui permet également de prendre gratuitement un rendez-vous téléphonique avec un architecte-conseil. Nous en avons profité pour présenter notre projet à un professionnel, qui nous a validé le concept et nous a confortés dans notre idée que c’était possible. »


Une fois tous les concepts bioclimatiques intégrés, nous nous sommes rendu compte que le dessin du plan général de notre maison allait être assez simple à concevoir. « Pour faire bref, la maison bioclimatique idéale doit être sphérique, la plus petite possible et avoir une disposition de pièces bien précise.  Les pièces de vie doivent être orientées vers le sud et disposer de grandes ouvertures, pour qu’elles puissent profiter d’un maximum d’ensoleillement et de chaleur naturelle, les chambres tournées vers l’est pour rester fraîches en soirée, tandis que les pièces techniques sont au nord», décrit Robin. « En suivant toutes ces règles, il ne reste plus grand-chose à concevoir ! »

« Ce qui est assez génial, c’est que tous ces principes sont tellement logiques, que nous ne les avons jamais remis en question. En faisant nos recherches, nous avons retrouvé beaucoup de choses que nous avions observées lors de nos voyages dans les pays chauds. C’est juste une question de bon sens en réalité », ajoute Maria.

« Finalement, nous n’avons quasiment fait aucun calcul énergétique ou d’orientation. Nous avons juste suivi les grands concepts de la maison climatique. Il n’y a vraiment pas besoin d’être ingénieur pour effectuer cette partie-là ! », ajoute Maria.

La seule difficulté technique que le duo a rencontrée est la conception des casquettes solaires, qui viennent cacher le soleil en été. « Cette étape nous a demandé quelques calculs. Heureusement, il existe de nombreux outils en ligne qui permettent à des personnes qui ne sont pas forcément des experts en trigonométrie de pouvoir dessiner ces avancées de toit qui nous protégeront des chaleurs estivales. »

autoconstruction naissance projet la maison

Pour autant, le couple a choisi de faire quelques concessions : « Difficile de faire une maison ronde en autoconstruction ! Nous avons donc opté pour le carré. Et nous voulions absolument une maison de plus de 100 m2 (la nôtre fera finalement 140 m2). Enfin, nous avons choisi de faire un demi-étage, ce qui nous offre une immense hauteur sous plafond dans le salon. Or, le vide sur salon est contraire aux règles bioclimatiques, puisque cela crée un espace inutile à chauffer et à rafraîchir. Mais nous étions prêts à faire cette concession pour des raisons esthétiques. »

« Il ne faut pas oublier que nous construisons cette maison pour y vivre et que nous comptons y rester le plus longtemps possible, il faut donc aussi et surtout que nous nous y sentions bien. L’essentiel est de trouver le bon équilibre entre la théorie et le plaisir», insiste Maria.


Les premiers plans

Le couple commence à dessiner ses premiers plans sur des logiciels amateurs. « Au départ nous utilisions l’outil Kozikaza. Nous le recommandons, car il est super intuitif et permet en quelques heures de visualiser de façon très réaliste sa future maison », précise Maria.

Mais Maria et Robin se rendent vite compte que cela ne va pas suffire : « Nous devions utiliser des outils 2D et 3D professionnels pour concevoir les plans pour la demande de permis de construire. Ce sont des logiciels payants, mais qui proposent un mois d’essai gratuit… de quoi nous motiver pour les maîtriser rapidement ! », plaisante Robin.

autoconstruction naissance projet plan

Une fois les plans réalisés, ils prennent un deuxième rendez-vous avec un architecte du CAUE afin que celui-ci regarde leurs plans avant qu’ils ne déposent leur demande de permis de construire. « Nous ne nous sommes pas si mal débrouillés, car ils ont été validés sans que nous ayons besoin de les retravailler ! », ajoute Robin satisfait.


Après cette première étape de conception terminée, le couple n’a plus qu’à déposer son permis de construire en mairie.

Suivez-les dans cette étape prochainement sur Recto & Verso.