Le fauteuil Adirondack, véritable icône de nos jardins

23/07/2021 2 min
fauteuil Adirondack

Inventé au début du 20e siècle aux États-Unis, le fauteuil Adirondack a aujourd’hui trouvé sa place dans de nombreux jardins. Retour sur l’histoire de ce fauteuil réputé pour son confort ainsi que quelques conseils si vous souhaitez créer votre propre Adirondack.


Pour la petite histoire

L’histoire de ce fauteuil légendaire débute en 1903, au moment où Thomas Lee, en vacances au cœur de la chaîne de montagnes des Adirondacks, peste contre son mobilier de jardin. Il décide alors de concevoir une chaise idéale pour se relaxer, lire, boire un verre, profiter de la nature… Il fabrique de nombreux prototypes et enrôle les membres de sa famille pour les tester. Thomas Lee confie ensuite à un charpentier de la ville de Westport (État de New York) le soin de fabriquer la chaise baptisée « Westport ». Pour la petite histoire, le charpentier dépose un brevet à son nom sans en informer Thomas Lee, mais il n’obtiendra pas le succès escompté. Près de 25 ans plus tard, le fauteuil Adirondack est créé, inspiré directement de la chaise Westport.


Larges accoudoirs et confort au rendez-vous

Le fauteuil Adirondack est désormais fabriqué dans le monde entier avec des variantes (teck, plastique, cèdre…) de toutes les couleurs. Mais l’original reste un fauteuil en bois, pouvant être placé à l’intérieur comme à l’extérieur, pourvu de larges accoudoirs et d’un repose-pied. Pour Anthony Coget, qui fait partie d’un groupement de trois dessinateurs spécialisés dans la construction en bois pour le site onclegustave.com, le principal atout du fauteuil tient à son confort : « il combine une bonne assise relativement proche du sol avec des accoudoirs suffisamment larges pour y poser un verre, un livre… ».


Comment construire votre fauteuil Adirondack ?

Avec une scie sauteuse, une visseuse, un tutoriel et des plans, les adeptes du bricolage, même novices, peuvent réaliser leur fauteuil Adirondack en 2h30 en moyenne. Anthony Coget propose d’opter pour du bois de récupération ou du bois de charpente, principalement du sapin, voire du pin. « Le prix de la matière première ne devrait pas excéder 40 euros », explique-t-il.

Il conseille aussi de ne pas se laisser impressionner par le design apparemment complexe du fauteuil. « Une fois décomposé en pièces standards, il est simple à construire, ajoute-t-il. D’ailleurs, de nombreux novices commencent par ce fauteuil puis se sentent pousser des ailes pour débuter un autre projet en bois ». Anthony Coget insiste également sur la nécessité de bien protéger le bois, surtout « le bois de bout », c’est-à-dire les coupes, « des parties exposées aux intempéries qui pourraient pourrir ». Il recommande ainsi un traitement une fois par an à base d’un mélange de deux tiers d’huile de lin et un tiers d’huile de térébenthine.

Le dessinateur attire enfin l’attention sur la visserie. « Pour les vis apparentes, mieux vaut choisir de l’inox pour éviter l’apparition de taches de rouille dues à la pluie. Vous pouvez aussi opter pour des vis premier prix à condition de les enfouir dans le bois et de cacher leur tête avec un peu de pâte à bois ». À vous désormais de vous lancer dans la construction de votre propre fauteuil Adirondack avant de vous y installer confortablement pour profiter d’une pause bien méritée.

Découvrez ces produits :

fauteuil adirondack
Voir le produit