Récupérer l’eau de pluie : arroser son jardin sans gaspiller

03/08/2021 4 min

De plus en plus de foyers choisissent de récupérer l’eau de pluie. Et pour cause, investir dans un système de récupération d’eau permet de faire de vraies économies sur sa facture d’eau tout en préservant une denrée qui s’appauvrit. Mais tout cela ne coule pas forcément de source : comment récupérer l’eau de pluie, quels en sont les avantages et avec quel budget ? Vous trouverez ici toutes les réponses !


Récupérer l’eau de pluie : un geste éco-responsable

En France, la consommation moyenne annuelle d’eau potable par habitant est de 53,4 m3, soit 146 litres par jour. Or, seulement 7% de cette consommation est dédiée à l’alimentation. Face à la raréfaction de cette ressource liée à l’assèchement des nappes phréatiques, les usages évoluent. Parmi les alternatives, la récupération d’eau de pluie par les foyers, pour une utilisation qui ne nécessite pas d’eau potable (jardin, sanitaires, lave-vaisselle, etc.) est intéressante à plus d’un titre. Avant de couler de nos robinets, l’eau est puisée dans les nappes phréatiques, traitée et purifiée. Un processus nécessaire pour la consommation alimentaire et sanitaire, mais très coûteux pour l’environnement. Réutiliser l’eau qui tombe de nos gouttières permet à la fois de limiter le volume d’eau à traiter, mais aussi de réduire le ruissellement.


Le recueil de l’eau de pluie pour faire de vraies économies

Face à la raréfaction de cette ressource, le prix de l’eau ne cesse d’augmenter dans les communes. On estime que 40% de la consommation d’eau peut être remplacée par de l’eau de pluie. En installant un récupérateur d’eau de pluie, la facture pourrait ainsi diminuer d’autant, ce qui est loin d’être négligeable ! Enfin, l’eau de pluie est moins calcaire que l’eau traitée, elle n’entartre donc pas les canalisations, évitant encore des frais d’entretien qui peuvent s’avérer coûteux.  

En France, il est tout à fait possible de réutiliser et stocker l’eau de pluie pour un usage personnel. Pour des raisons sanitaires, son utilisation est toutefois limitée à un usage domestique, hors consommation alimentaire. Dans une maison, il est envisageable d’utiliser l’eau pluviale pour remplir sa chasse d’eau, laver les sols et laver du linge (à condition de recourir à un dispositif de traitement adapté). Il est également autorisé de profiter de celle-ci librement à l’extérieur, pour arroser son jardin ou nettoyer sa voiture par exemple.  


Des équipements simples et peu coûteux

récupérateur d'eau maison

L’eau doit uniquement provenir d’une toiture non accessible (elle est interdite sur un toit-terrasse), il est donc nécessaire d’installer des équipements spécifiques. Placé à proximité d’une gouttière, le collecteur d’eau récolte l’eau tombée sur les toits, elle est ensuite filtrée par un filtre décanteur qui sépare les impuretés et l’eau, puis stockée dans une cuve. Selon l’usage que vous souhaitez faire de votre eau de pluie, il existe plusieurs types de récupérateurs.  

La capacité d’un récupérateur peut aller de 200 à 10 000 litres selon les modèles. Pour connaître la quantité d’eau pouvant être collectée dans l’année, il faut multiplier la hauteur moyenne des précipitations annuelles en mètres par la surface au sol du bâtiment. Puis en soustrayant 10 % de perte. Par exemple, s’il tombe 1 m de pluie par an, le toit d’une maison de 150 m2 permet de récupérer 150 m3 auxquels on soustrait 10 %. Soit 135 m³, c’est-à-dire 13 500 litres d’eau.  

En fonction de ses besoins, il existe plusieurs types de matériel : le récupérateur à cuve extérieur sera approprié pour une utilisation en extérieur (arrosage, nettoyage…). On peut y installer un robinet ou raccorder un tuyau d’arrosage ou un nettoyeur haute pression. Il s’installe facilement et ne nécessite pas de transformation des évacuations existantes. Adapté à un usage intérieur et extérieur, le récupérateur à cuve enterrée est plus imposant et demande de plus gros travaux. De plus, sa pose nécessite une fouille du terrain et son installation est un peu plus complexe. Ces cuves peuvent être en polyéthylène ou en béton. Un trop-plein est également à raccorder sur votre réseau d’évacuation des eaux pluviales. 

Découvrez ces produits :

récupérateur d'eau
Voir le produit