Comment choisir son purificateur d’air ?

10/06/2021 4 min
purificateur d'air

Nous passons plus de 80% de notre temps en intérieur – surtout ces derniers mois ! L’air que nous respirons chez nous a donc un impact déterminant sur notre bien-être. Les purificateurs d’air, destinés à améliorer la qualité de l’air intérieur, peuvent être une solution. Tour d’horizon des technologies existantes.


Comment ça marche ?

Les purificateurs d’air sont des appareils facilement déplaçables d’une pièce à l’autre, qui vont capturer les polluants en suspension et tout particulièrement les particules fines, souvent responsables d’allergies. Selon les modèles, ils vont filtrer les polluants ou bien les détruire. Mais l’objectif reste le même : débarrasser l’air ambiant de tout ce qui peut altérer notre santé. Avant de vous mettre en quête de votre purificateur, pensez à identifier clairement votre besoin : supprimer les poussières fines ou lutter contre les virus ? Et le confort que vous recherchez : un minimum de bruit, un entretien simple… Ces critères vous aideront à comparer les produits.


Les classiques : à filtres

Comme leur nom l’indique, ces purificateurs d’air sont dotés d’un maillage de filtres : un préfiltre pour recueillir les poussières ou poils d’animaux, un filtre à charbon actif pour capter les gaz et composés organiques volatils – ceux émis par les produits domestiques et la fumée de cigarette, par exemple. Enfin, le dernier filtre est un HEPA (Haute efficacité sur les particules d’air), qui se concentre sur le blocage des particules fines : acariens, pollen, poussières ultrafines ou résidus de combustion. Le niveau PM 2,5, le plus courant, est efficace contre la plupart des allergènes mais, pour aller jusqu’à lutter contre des virus, il faut aller chercher un modèle beaucoup plus fin : un filtre PM 0,1. Ces purificateurs existent dans une large gamme de prix et peuvent couvrir jusqu’à 150 m2. Soyez toutefois attentifs aux normes dont dispose l’appareil et vérifiez le bruit émis par le système de ventilation. Et n’oubliez pas : les filtres doivent être régulièrement changés pour que l’appareil reste efficace.


Purification par ionisation

Autre technologie, celle du purificateur d’air à ionisation, ou électrostatique. Le purificateur génère des ions qui se diffusent et viennent se coller aux particules suspendues dans l’air. Celles-ci, automatiquement attirées, deviennent de plus en plus lourdes et sont alors aspirées par le purificateur ou bien se posent sur les surfaces intérieures. Cela nécessite donc de nettoyer avec un aspirateur, lui-même doté d’un filtre HEPA. Si ce type d’appareil a votre préférence, vérifiez que le modèle de votre choix n’émet pas d’ozone, particulièrement irritant pour les personnes asthmatiques.

Bon à savoir

L’ADEME (Agence de la transition énergétique) mentionne que les tests menés sur les purificateurs d’air ne montrent pas toujours une efficacité en conditions réelles d’utilisation et peuvent être sources de sous-produits potentiellement nocifs. Avant d’acheter un purificateur, assurez-vous qu’il possède des normes permettant de vérifier ses performances.


Les purificateurs par photocatalyse

Dans ces modèles, c’est un filtre tapissé de tubes de dioxyde de titane qui accueille l’air aspiré. Les substances polluantes sont alors supprimées grâce à un rayonnement UVC qui les transforme en vapeur d’eau et en dioxyde de carbone. Mis au point par une équipe du CNRS, ce procédé détruit à la fois les particules chimiques, les bactéries et les virus. En revanche, son utilisation est complexe et certains filtres doivent être remplacés tous les quinze jours.


Version ultraviolets : efficacité non prouvée

Les purificateurs d’air à ultraviolets sont équipés de tubes qui émettent des rayonnements UVC et détruisent bactéries et virus. La technologie est employée pour désinfecter le matériel chirurgical mais, aujourd’hui, aucune étude n’atteste l’efficacité de ces tubes à utraviolets utilisés dans les purificateurs d’air.


Plasma ou combustion

Deux autres types de purificateurs sont également à mentionner. Il s’agit du purificateur d’air plasma, qui fonctionne sur un principe proche de l’ionisation et s’avère très efficace pour lutter contre les bactéries et les virus. Attention toutefois : les molécules que rejette le purificateur sont chargées de radicaux libres néfastes pour la santé – on ne les utilisera donc pas dans des pièces très fréquentées.

Quant au purificateur d’air à combustion, il chauffe l’air qui pénètre dans son habitacle à 200 °C, détruisant ainsi tous les polluants et virus. Il refroidit ensuite l’air avant de le réinjecter dans la pièce, intégralement purifié. Silencieux et d’un entretien très simple, il met toutefois longtemps à purifier l’air et consomme beaucoup d’électricité.

L’info en plus : pour un air sain, pensez à adopter les bons gestes

Au-delà de l’achat d’un purificateur d’air, quelques réflexes vous aideront à conserver un air de bonne qualité chez vous :

– Aérez et ventilez 5 à 10 minutes, matin et soir, toute l’année ;
– Ouvrez vos fenêtres après avoir pris une douche, cuisiné, fait le ménage ou bricolé ;
– Veillez à ce que l’air circule chez vous : vos portes intérieures doivent avoir un espace d’environ 2 cm en bas ;
– Une entrée d’air ou une bouche d’extraction ne doivent jamais être bouchées : nettoyez-les régulièrement pour éviter que les produits nocifs soient mal évacués ;
– Votre ventilation mécanique contrôlée (VMC) doit fonctionner en permanence.

Découvrez ces produits :

Purificateur d’air
Voir le produit