Comment jardiner avec la Lune ?

02/05/2021 3 min
arbre Lune

Nœuds lunaires, Lune croissante ou décroissante, jours fleurs, fruits, racines, feuilles… Si tous ces termes vous parlent, c’est que vous avez l’habitude de jardiner en prenant en compte les cycles lunaires. Si ce n’est pas encore le cas, nous vous proposons de découvrir comment cet astre influence la croissance des végétaux.


En mai, plantez vos poireaux le 22, semez vos capucines le 15, taillez vos gourmands de tomates le 19 et ne jardinez pas le 26. Voici quelques exemples de conseils à suivre lorsque vous jardinez en suivant le rythme de la Lune. Si son influence n’est plus à démontrer, notamment dans le phénomène des marées, notre satellite naturel joue également un rôle dans la croissance des végétaux.

S’il n’y a que peu d’ouvrages scientifiques sur le sujet – parmi lesquels les travaux sur les arbres et les forêts du Suisse Ernst Zürcher, ingénieur forestier et docteur en sciences naturelles –, un grand nombre de jardiniers respectent un calendrier lunaire très précis pour semer, planter ou encore tailler plantes et arbres.


Jardiner avec le Soleil, la Lune, mais aussi les planètes

« Prendre en compte le rythme est accessible à tous. Il suffit de suivre le calendrier des semis jour après jour », explique Laurent Dreyfus, auteur de « Jardiner avec la Lune en Biodynamie » et formateur pour le Mouvement de l’Agriculture Biodynamique, une agriculture prenanten considération l’influence des rythmes lunaires et planétaires et travaillant dans le respect du vivant et des processus naturels.


« La végétation est entièrement soumise aux influences des astres, à commencer par celle du Soleil, ajoute-t-il. Après, vient le rythme lunaire car ce satellite a une influence importante pour la vie de la plante. » La Lune ascendante (ou montante) attirerait ainsi la sève vers le haut et serait favorable pour greffer, cueillir ou faire germer. La Lune descendante – qui se rapproche de la Terre – ferait au contraire descendre la sève dans les racines et serait ainsi plus favorable pour planter, semer, bouturer, repiquer et tailler.


« Pour un repiquage de poireau ou de salade, on essaiera ainsi de privilégier la période de Lune descendante car les racines prennent beaucoup mieux à cette période », confirme Laurent Dreyfus. Tous les calendriers lunaires reprennent aujourd’hui les travaux de Maria Thun, paysanne biodynamiste, la première à publier un calendrier précisant les jours les plus favorables à la culture des plantes racines, fleurs, feuilles ou fruits en fonction de la position de la Lune devant les constellations du zodiaque.


On distingue ainsi les :

  • Jours racines : lorsque la Lune passe devant les constellations du Taureau de la Vierge et du Capricorne, en accord avec l’élément Terre. Végétaux concernés : carottes, betterave, pomme de terre, oignon, ail, radis…
  • Jours feuilles : lorsque la Lune passe devant les constellations du Cancer, du Scorpion et du Poisson en accord avec l’élément Eau. Végétaux concernés : salades, épinards, herbes à feuilles (menthe, basilic), poireaux, choux, graminées, haies non fleuries…
  • Jours fruits : lorsque la Lune passe devant les constellations du Bélier, du Lion, et du Sagittaire en accord avec l’élément Feu. Végétaux concernés : fruits (fraises, framboises, pommes, prunes…) et légumes-fruits (tomates, concombre, courgettes, haricots, poivrons…)
  • Jours fleurs : lorsque la Lune passe devant les constellations du Gémeaux, de la Balance, et du Verseau en accord avec l’élément Air. Végétaux concernés : fleurs, haies fleuries, arbres fleurs (lilas, hibiscus…)

On évite également de jardiner lors des jours :

  • d’apogée lunaire : lorsque la Lune est au plus loin de la Terre
  • de périgée lunaire : lorsque la Lune est au plus près de la Terre
  • de nœud lunaire :  lorsque la Lune coupe le plan de rotation de la Terre autour du soleil (plan de l’écliptique)


« Mais il faut garder une certaine souplesse, indique Laurent Dreyfus. Si vous avez été obligé, en raison de la météo, de semer des tomates un jour feuille, qui est relativement défavorable pour un légume-fruit, il est ensuite possible de se rattraper en travaillant le sol (binage, sarclage, apport de compost…) ou en arrosant lors d’un jour fruit. Il ne faut pas être trop radical. » Ni trop radical, ni trop dans la lune…